Clinique CITA Vip

Dans le cadre naturel et idyllique de la montagne Dosrius, ce centre de désintoxication ne propose que 2 lieux indépendants. Ici, vous trouverez l’intimité grâce à son emplacement stratégique et un maximum de confort grâce aux multiples services tels que différents cours de sport, piscine et cinéma privé. Nous vous aidons à être dans le meilleur environnement pour votre rétablissement complet et nous vous donnons la possibilité d’être accompagné par vos proches, avec possibilité d’hébergement pour les assistants.

Services de la clinique

Environnement naturel

Reprenez vie dans un cadre idyllique comme celui de la montagne Dosrius.

Personnalisation du calendrier des activités

Notre équipe est à votre disposition pour un calendrier 100% personnalisé d’activités, de séances et d’ateliers.

Hammam et sauna finlandais

Augmentez la détente et le bien-être physique avec des bains de vapeur et un sauna finlandais.

Hébergement pour les participants

Nous garantissons la proximité de vos proches tout au long de votre démarche avec un accueil privilégié pour eux.

Cours de sport et entraîneur personnel

Trouvez un moyen d’améliorer votre estime de soi et d’assurer une meilleure qualité de vie avec des cours de sport et un entraînement personnalisé.

Services de traduction

Ne vous inquiétez pas des barrières linguistiques. Nous avons des services de traduction pour que vous vous sentiez à l’aise à tout moment.

Dispositifs de sécurité ou personnel

Nous avons un personnel de sécurité qualifié pour veiller sur vous.

Psychothérapie assistée par le cheval

Une approche innovante et efficace pour se connecter émotionnellement avec soi-même et réduire le stress.

Les taux

Salles CITA VIP

  • 2 emplacements indépendants.
  • Accès restreint. Indépendance et intimité maximales.
  • Télévision, wifi…
  • Piscine privée.
  • Sauna avec chromothérapie.
  • Bain de vapeur.
  • Douche bithermique.
  • Salle de cinéma
  • Salle de sport privée
  • Cuisine sur mesure

PRIX : Consulter

CONSULTER

Traitements de la toxicomanie que nous effectuons dans cette clinique

De la main de nos professionnels

Témoignages

L'exercice consistait à mettre 5 cubes avec de la luzerne. Chaque cube représentait une vertu et le cheval symbolisait mon pire défaut.
Mon but était de défendre mes vertus contre la poussée de mon principal défaut, la négativité.
La négativité s'est d'abord dirigée vers mon intelligence, que j'ai réussi à protéger. Ensuite, il a affronté ma volonté et je l'ai également défendue. Et puis il a aussi essayé ma sociabilité, réussissant à tendre la main et à manger dans le seau.
Vaincu, j'ai fini par quitter le cercle, abandonnant toutes mes vertus, pour ne repartir qu'avec ma négativité.
Ma conclusion : cette négativité ne me bat que lorsque je la nourris.

AnonymeNourrir la négativité (Un exercice en PAE : Equine Assisted Psychotherapy)

Le matin, à huit heures, j'ai fait une séance de yoga. Ce début d'exercice matinal est l'une des meilleures habitudes que j'ai acquises au CITA. Vous affrontez le matin avec une meilleure humeur et avec plus de satisfaction.

Le matin, j'ai assisté à l'atelier avec Marta sur le langage corporel. Par la suite, il a joué à la thérapie sociale avec Andrea. Après le déjeuner, j'ai eu un entretien avec Santi. Très intéressant, comme toujours.
Nous avons traité le thème de l'idéal, de l'exigence de soi, de ma satiété, et de mon alcoolisme... Ce sont des thèmes différents que j'ai tendance à mélanger. Et c'est une erreur. Ma satiété venait de mon manque de désir et cela a conduit à mon alcoolisme. L'idéal et l'exigence de soi sont quelque chose de plus profond, quelque chose d'appris. Les deux choses me font me concentrer sur mes handicaps, refusant de mettre en évidence tout ce que je fais bien. Et cela me frustre. Il est impossible d'accéder à toutes choses. Il faut l'assumer et être prévenu, car ma façon d'être me conduit toujours à cet état. Vous devez essayer de bien faire les choses, mais ne pas vous punir pour ce que vous ne faites pas bien. Personne ne fait tout correctement. Je l'applique avant tout aux domaines qui comptent le plus pour moi dans la vie : ma famille et mon travail. Dans le cas de la famille, je lance un concours avec ma femme pour voir qui fait mieux à la maison. Au travail, je recherche la satisfaction du client, même sur des sujets qui ne me concernent pas. Et il faut être attentif à ces mécanismes.

J'ai également suivi une thérapie avec Xelo. Le sujet traité a été celui de la culpabilité. La culpabilité que je ressens concerne principalement les enfants. Qu'ils m'aient vu ivre et que j'aie conduit ivre avec eux dans la voiture, c'est ce qui me dérange vraiment la conscience et ce qui me pèse le plus. La culpabilité peut aussi apparaître comme un sentiment de trahison de mes principes ; par exemple, dans le sentiment d'avoir trahi mon idée d'être père en me mettant et en les mettant en danger en conduisant. Selon Xelo, je peux maintenant prendre conscience de ces choses parce que j'ai le temps de réfléchir, je ne bois pas et je relie mes pensées à mes émotions. Auparavant, ce n'était pas le cas et cela fonctionnait comme un automate.

AnónimoApprendre à connecter mes pensées avec mes émotions

Je suis entré au CITA non seulement à cause de ma dépendance à l'alcool, mais aussi à cause d'une tentative de suicide. Au fil du temps et des thérapies diverses, j'en suis venu à la conclusion que mon problème n'est pas l'alcool mais ma personnalité, ne sachant pas dire non au moment opportun, entre autres.

Tous les ateliers du centre m'ont beaucoup aidé, notamment à renforcer mon caractère, mais l'un d'eux, le PAE, m'a aidé à savoir comment je vais, mes faiblesses et les liens avec ma famille ; Cela m'a fait ressortir des choses dont je ne me souvenais même pas et m'a permis de me voir telle que je suis : une femme sensible, bonne et travailleuse, qui donne beaucoup et parfois ne reçoit pas assez. Merci Chelo et merci Luís de m'avoir aidé à être comme je suis maintenant ; maintenant je suis conscient des choses que je dois rectifier et que je dois être plus fort.

AnónimoApprendre à dire non

Je suis venu au CITA à la fois embarrassé et soulagé. Bien que de manière rituelle et dans une consommation presque toujours modérée de cocaïne - si ce n'est pas une contradiction dans les termes - elle était déjà consommée depuis de nombreuses années. Les dernières années étaient des consommations partagées avec ma femme (bien qu'elle avec moins de contrainte), toujours à la maison et de manière discrète.
Et qu'est-ce qui a perturbé cette dynamique et m'a conduit dans un centre si loin de ma famille ? Beaucoup de choses : la responsabilité (nos enfants grandissent et je ne sais pas avec quelle autorité morale on va leur dire de ne pas faire ce que font leurs parents), l'ennui (ce qui avait d'abord le goût de l'interdit a maintenant l'amertume d'un servitude qui provoque fatigue et tristesse), argent (parfois j'ai calculé l'argent consommé dans ce cercle vicieux et vide), santé (je ne me sens plus immortel), et aussi mensonges (je consommais depuis un an dans le dos de mon partenaire) . Le pire, après avoir pris la décision et réalisé que je ne pouvais pas la quitter si je n'avais que mes propres forces, était de la communiquer à la famille.

Au CITA j'ai appris à pouvoir prendre de la distance par rapport à mon problème, à réfléchir et à apprendre des autres (de ceux qui ont réussi et de ceux qui ont rechuté et réessayé). Maintenant, je compte les mois que je n'ai pas utilisés et j'attends le jour où je pourrai perdre ce compte.

AnónimoHonteux et soulagé
 

DROIT D’INSCRIPTION : A CONSULTER
GARANTIE DE PAIEMENT : A CONSULTER

 

Obtenez l’aide dont vous avez besoin